A comme la neige…



Pour célébrer la toute première neige de l’année qui est tombée cette nuit et qui recouvre le sol de plusieurs centimètres, voici un poème qui n’a cessé d’habiter ma tête depuis le réveil.

Il s’agit d’un poème d’Emile Nelligan, grand poète québécois.

Bien que le poème soit sombre, il ne reflète pas mon état d’âme du jour.

Les premiers flocons font plutôt resurgir mon âme d’enfant…

Soir d’hiver

Ah comme la neige a neigé
Ma vitre est un jardin de givre
Ah comme la neige a neigé
Qu’est-ce que le spasme de vivre
Ah la douleur que j’ai que j’ai!

Tous les étangs gisent gelés
Mon âme est noire où vis-je où vais-je
Tous mes espoirs gisent gelés
Je suis la nouvelle Norvège
D’où les blonds ciels s’en sont allés.

Pleurez oiseaux de février
Au sinistre frisson des choses
Pleurez oiseaux de février
Pleurez mes pleurs pleurez mes roses
Aux branches du genévrier.

Ah comme la neige a neigé
Ma vitre est un jardin de givre
Ah comme la neige a neigé
Qu’est-ce que le spasme de vivre
Ah tout l’ennui que j’ai que j’ai.

Émile Nelligan (1879-1941)